Lancé en 2007, dans les pas de MySpace, SoundCloud est rapidement devenu une référence pour les DJ's de la galaxie électronique, notamment grâce une communauté énorme et très active. Mais le deal passé avec Zefr — l'entreprise qui scanne les contenus de YouTube avec un algorithme — a entraîné la suppression pure et simple de milliers de mix, faute de licences.

     À lire également
DJ's VS SoundCloud : la fin d'une grande histoire ?

Aujourd'hui, il est même devenu problématique d'en charger de nouveaux. Pire, à cause de ses déboires financiers, SoundCloud est désormais sur la brèche. Des rumeurs parlent déjà d'un rachat à la Beats. Heureusement, des alternatives — gratuites et sans problème de copyright — existent, pour mettre en ligne et écouter des mix. Et elles ne datent pas forcément d'hier…

1/ Mixcloud

Mixcloud

Créé en 2008, Mixcloud est actuellement la meilleure alternative pour poster des mix sans problème de licence (par contre, le téléchargement est banni). Globalement agréable et simple à utiliser, la plateforme s'apparente à une radio. Les fonctions “sociales” classiques sont présentes (commentaires, partages, ajouts à des listes, widgets pour les réseaux sociaux, etc.). Mixcloud a d'autres avantages, à commencer par l'upload gratuit et illimité. Il peut aussi identifier les tracks (exit le fameux “track ID please ?”).

L'année dernière, le site a lancé un outil pour que ses utilisateurs puissent importer leurs mix directement depuis SoundCloud. Certes, son audience est plus petite, mais la communauté grossit. Ses fondateurs estiment à 14 millions le nombre d'utilisateurs mensuels. Seul inconvénient, la pub. Mais une offre “Premium” à 5,99€/mois permet de la supprimer. Enfin, pour les artistes, radios et labels, le pack “Pro” à 11€/mois offre des fonctions avancées, davantage de données ou encore des analyses poussées.

  • Les plus : gratuit et illimité (avec publicité), widgets, application iOS et Android, affichage des playlists
  • Les moins : téléchargements impossibles, l'interface ne reconnaît pas les fichiers wav et flac

2/ Mixcrate

Mixcrate

Lancée en 2009 à San Francisco, Mixcrate est une plateforme “faite par et pour les DJ's”. Particulièrement exigeant, le site demande de “vrais” mix, avec des morceaux calés dont la durée ne doit pas dépasser quatre minutes. L'enregistrement est gratuit et permet d'importer sans limite. Simplement, les fichiers ne doivent pas dépasser 190 Mo, et seul le format mp3 est reconnu. Il y a quand même de quoi faire. L'aspect communautaire est également bien développé. Les membres peuvent donc liker, commenter et télécharger les mix (si l'option est activée, comme sur SoundCloud). Ces derniers peuvent aussi être partagés sur Facebook, Twitter et Google+.

En revanche, les conditions d'utilisation sont strictes : que des mix originaux, non commercialisés ailleurs, pas de playlists… Si un utilisateur les enfreint, il sera automatiquement banni de la communauté. Notez que le site propose aussi un véritable éditorial (un peu à la traîne), composé de news et d'interviews. Les DJ's professionnels peuvent également utiliser Songkick pour placer leurs dates sur leur homepage.

  • Les plus : totalement gratuit et illimité, téléchargements possibles, widgets
  • Les moins : DJ mix uniquement (pas de podcast ou de show radio), pas d'application mobile

3/ Hearthis

Hearthis

Hearthis se base sur le modèle de SoundCloud (possibilité de liker, de commenter les tracks, de télécharger, de partager), mais sans la moindre restriction sur les uploads. Cette plateforme allemande créée en 2013 n'est pas exclusivement destinée aux DJ's, mais des catégories regroupent les podcasts et les performances live  — soit plus de 700 000 fichiers en tout. Il est donc possible d'importer des mix facilement. Avec un compte gratuit, l'upload est illimité, mais avec 10 000 lectures ou 5 000 téléchargements maximum pour l'ensemble des fichiers mis en ligne.

Au-delà, il faut opter pour l'abonnement annuel à 29€. Celui-ci offre la possibilité d'importer des fichiers haute qualité (wav, par exemple) et de choisir le mode de streaming mp3 (de 96 à 320 kbits/s). En outre, la fonction “Maps” permet de localiser les sons, ce qui permet de voir ce qu'il se passe dans telle ou telle ville du monde. Notez que Hearthis permet lui aussi d'importer des sons (et même votre profil) depuis un compte SoundCloud.

  • Les plus : interface intuitive, option “Maps”, site multilingue, widgets, appli Android et iOS
  • Les moins : illimité payant, communauté encore peu développée, design un peu austère

4/ YungCloud

Yungcloud

Peu connu en France, le site YungCloud se revendique comme étant la nouvelle plateforme underground. Lancé en mars 2015, le site ressemble lui aussi à SoundCloud, mais version low-cost. La base des utilisateurs est encore maigre et il n'y a pas grand-chose à écouter : elle compte seulement 10 000 membres et environ 20 000 fichiers. Pourtant, YungCloud a des avantages : inscription gratuite, création d'un profil en quelques minutes, possibilité d'envoyer des messages aux autres membres, une capacité de stockage de 50 Go et pas de publicité.

À l'instar de SoundCloud, le site offre des outils d'analyse de données (nombre de lectures, positions géographiques et interactions avec les autres utilisateurs). En outre, les mix sont facilement exportables vers les réseaux sociaux et les pages Web. Une application iOS est même en cours de développement. Un site à suivre.

  • Les plus : gratuit, pas de publicité, interface intuitive, widgets
  • Les moins : communauté encore très petite, peu de contenus, des bugs, interface austère

5/ Play.FM

Play.FM

Lancée en 2004 à Vienne, Play.FM est une plateforme de streaming gratuite et totalement consacrée à la culture club. Elle offre la possibilité d'importer et de lire des fichiers en qualité CD, dont la durée doit être comprise entre 20 minutes et 9 heures. Pas mal pour les mix, concerts et podcasts. Parmi plus de 100 000 enregistrements live au catalogue, on retrouve notamment des sets de Sven Väth, Coldcut, Laurent Garnier, Carl Craig ou encore Gilles Peterson.

L'année dernière, le design et l'interface ont été revus et corrigés afin d'améliorer l'expérience de l'utilisateur. Il est désormais possible de liker et de commenter les mix ou encore de les ajouter à des listes de lecture. Des chaînes permettent également de découvrir les DJ's locaux, ville par ville. C'est mieux pour se faire connaître. Notez que d'autres sites de ce type existent, à commencer par TheFutureFM.

  • Les plus : gratuit, application iOS, Android et Windows Phone
  • Les moins : modèle “radio” moins fédérateur que celui de SoundCloud

Breaking news

L'information est tombée dans la semaine et cela devait arriver. Grâce à un accord entre la firme de Cupertino et Dubset Media Holdings, il sera bientôt possible d'uploader des mix sur la plateforme Apple Music (et d'autres devraient suivre, selon Dubset). Pour le moment, on ne sait pas s'il faudra payer pour les écouter. Une chose est sûre, les mix seront refusés par Apple si les tracks joués ne sont pas dans son catalogue (ou celui de Dubset), ou que les ayants droits interdisent leur utilisation. D'un autre coté, c'est la possibilité de mieux rémunérer les artistes et de toucher potentiellement les 11 millions d'utilisateurs déjà inscrits.

     À lire sur ce sujet :
Apple s'ouvre au mix et rémunère les artistes

Enfin, certains sites permettent de vendre vos mix et live (si vous en détenez les droits), notamment Hearthis. Sinon, vous pouvez uploader vos performances sur Bandcamp. Les utilisateurs réguliers de Beatport peuvent également se tourner vers le site dédié Beatport Mixes (attention, il n'est possible de jouer des tracks achetés sur la plateforme uniquement).

     À découvrir également :
Octave : aurions-nous trouvé le remplaçant de SoundCloud ?

Lire notre dossier spécial streaming :