Le poppers ne tombe désormais plus sous le coup de la loi en Angleterre. Le gouvernement l'avait d'abord interdit dans son Psychoactive Substances Act, une mesure qui vise à stopper l'euphorie des drogues "légales" comme le Spice ou les sels de bain

    À LIRE AUSSI :
Le Royaume-Uni interdit le Poppers 


L'affaire avait fait d'autant plus de bruit qu'un député conservateur homosexuel s'était ouvertement "outé" comme un utilisateur régulier de ce produit. Il était en fait interdit à la vente... mais pas à la consommation. Ce qui avait même poussé les marques à inciter les consommateurs à remplir leur stock de poppers avant la fameuse interdiction :

Deux mois après l'annonce de cette mesure, un rapport de l'Advisory Council on the Misuse of Drugs (l'équivalent de notre Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies), qui tend à supprimer le poppers de la catégorie des "substances psycho-actives", vient contredire la version officielle. Le gouvernement se voit donc obligé de faire machine arrière.  

Dans un communiqué, le conseil s'explique : "L'avis rendu par l'ACMD considère comme substance psychoactive tout ce qui a un impact direct sur le cerveau. Les nitrites d'alkyle (composantes de base du poppers, NDLR) possèdent des effets périphériques et ne stimulent pas le système nerveux central. Par conséquent, l'ACMD ne voit pas l'intérêt de l'inclure dans le Psychoactive Substances Act, (...) et ne le considère pas comme une menace pour le bien-être de la société."

Source : The Independant