La nouvelle arrive en temps utile : l’époque actuelle, qui voit simultanément le vinyle réapparaître et les nouvelles technologies se développer, est susceptible d’être celle d’un nouveau tournant dans l’histoire de l’industrie de la musique. En effet, les processus de gravure, galvanisation et pressage des vinyles n’ont pas beaucoup évolué depuis les années 1960. Le DMM (gravure sur un disque de cuivre avec un burin en diamant) et la gravure sur Laques (production d’une matrice en aluminium laquée sur laquelle un stylet chauffant grave des micro sillons) sont les deux procédés encore utilisés de nos jours. En plus d’être lents et coûteux, ils requièrent l’utilisation de nombreux produits chimiques lors de l’étape du laquage.

DR ©

Le vinyle HD serait le remède à ces techniques de fabrication désuètes. L’idée est la suivante : le disque serait composé d’une carte topographique imprimée en 3D, combinée à une inscription au laser. Le produit final, en plus d’être de meilleures qualité et fidélité auditive, nécessitera moins de temps à la production. Il pourrait également éviter l’étranglement que la production de vinyles connaît en ce moment, la lenteur de la fabrication en contraignant la répartition et le développement. Le résultat est celui d’un LP dont la fidélité auditive est doublée et qui ressemble à ceux vendus actuellement ; et surtout, il peut être utilisé de la même manière, sur tous les tourne-disques… le charme des craquements en moins.

     À lire aussi : 
Viryl technologies réinvente le pressage de vinyles

Rebeat digital, avec le centre de recherche Joanneum Research, compte étendre son brevet à l’échelle mondiale et cherche des investisseurs potentiels. Plusieurs acheteurs seraient déjà sur le coup.

Source : Digital Music News