Si l'initiative de l'équipe du Hart festival n'est pas la première du genre, l'ampleur de la somme récoltée et le public qu'elle touche a tout d'une première. Le principe est simple : récolter 30.000 euros en un mois pour financer une rave de 18 heures au line-up de compétition. 

De 5 à 1000 euros, les contributions des généreux donateurs seront récompensées par des contreparties allant de l'admission au festival et aux deux afterparties pour un don de 28 euros, à un ticket à vie pour le festival pour 175 euros par exemple.

D'un point de vue pratique, le crowdfunding imposait quelques aménagements, comme nous l'explique l'un des organisateurs: "On a dû établir une relation de confiance avec les agences de booking même si certains étaient vraiment emballés par le projet. On devait aussi garantir à notre public que tous les artistes seraient présents une fois que la campagne serait réussie."

Au niveau du line-up, l'équipe ne s'y trompe pas, comme en témoigne l'affiche ci-dessous: 

hart 2

"Boris d'Ostgut Ton jouera un set exclusif de house old school à 8 heures du matin pendant que Randomer mixera de l'autre côté de la rue."

Tout l'intérêt du financement participatif repose dans l'indépendance qui découle de la diversité des fonds : "On a vu l'influence de Live Nation sur I Love Techno. On adorait aller là-bas jusqu'à ce que ça décline, même si il est évident qu'I Love Techno a été l'un des pionniers de la ville. Notre festival restera indépendant et ne sera pas aux mains des annonceurs et des promoteurs!"

Il ne reste que quelques heures à l'équipe belge pour trouver les 1000 euros manquants pour atteindre leur objectif. 

Si vous souhaitez participer, c'est par ici.