Photo en Une : Mycontact.fr

En 1993 retentissait le bruit du premier teknival à Beauvais. La graine a poussé depuis, laissant le mouvement free party étendre ses branches en France et en Europe. Des "tekos", les différents collectifs en ont posé beaucoup depuis – et même chez nos voisins – ainsi que des multi-sons, et toujours plus de teufs sauvages. Du 29 avril au 2 mai, c'est l'équipe originale et quelques acolytes qui vous régaleront pour le traditionnel Teknival du 1er mai. Cette 23e édition s'intitulera Ravolution, et ce n'est pas qu'un jeu de mots. 

"Aujourd'hui, trop, c'est trop ! Pour la génération qui vient, nous disons assez", clame le communiqué des organisateurs. En France, si les événements légaux se sont multipliés, les véritables fêtes libres – par nature encore illégales – sont toujours réprimées, malgré les efforts des acteurs du mouvement.

   À lire également : 
[À VOIR] Immersion poétique dans le monde de la free party

Les saisies de matériel, les procédures judiciaires à l'encontre des organisateurs, des bénévoles et des danseurs, et le mépris de certains médias et élus ont contribué à l'incompréhension de l'essence du mouvement par une partie de la société française. Des conditions qui plombent les maigres budgets des soundsystems, mais aussi le moral de ses acteurs, qui n'abandonneront pas pour autant. Ils se disent toujours "debout et fiers", malgré une "répression changeante".

Pour ce nouveau teknival intitulé Ravolution, le monde de la teuf s'unit pour faire entendre à nouveau ses revendications : l'abrogation du volet de la loi Mariani qui permet la saisie du matériel, l'annulation des "procédures abusives", l'accès aux terrains publics inutilisés, à la demande, lorsqu'ils ne présentent aucun risque, un changement d'attitude de la part des institutions ainsi qu'une aide pour le travail de prévention.

L'évènement est annoncé comme un teknival illégal, ce qui n'avait pas été le cas depuis 2003 et le Free Open Festival. Le communiqué explique que les acteurs ne négocieront pas sur ce sujet avec les pouvoirs publics, mais qu'ils discuteront volontiers de "[leurs] revendications et des délais dans lesquels elles seront satisfaites".

En contrepartie, le Teknival – souvent critiqué pour ses nuisances sonores et environnementales – veut montrer qu'il prend conscience de sa responsabilité : "Notre objectif sera d'arriver au "zéro impact", durable à la fois sur l'environnement, les riverains et le terrain choisi". L'évènement, dressé comme la vitrine de free party, veut incarner un "exemple d'autogestion et de respect" et ainsi redorer l'image du mouvement.

Nous n'avons encore aucune information sur le lieu où se déroulera le teknival mais les organisateurs ont choisi de miser sur "l'égale distance", car "nous sommes sans frontières". La manifestation devrait donc avoir lieu dans le Centre de la France, ce qui permettra à nos amis italiens, espagnols, anglais mais aussi belges et hollandais de venir y faire un tour ! De nombreux soundsystems et collectifs ont déjà répondu à l'appel. En voici la liste, bientôt complétée :

– 344, 1.Korect, 4-1 Sound System, A.K.F, A.S.M, Arenui Sound System, Artkaid, Assonariouls DJ, B.T.S, Corozone, Cosmic Azilum, D.F.C , D.S.P, Discobulated Generation –UK, Dominotek, Electrocution, Enimatek, F.M.R, Inkorect, Inkulpe, Intoxitek, K.RMA, KO Sound System, Kraken Krew, L’Hallucidité, Lahp, Looney, M.S.T, Marionetik, P.T.T, Party:Ard –UK, Passtek , Peufratek, R.Volt, R-1-T, Requiem Sound System –UK, Rottweiltek, SA Free System, T.B.S , T.N.T, Tartiflette, Tekmanta, Têtes Brulées, Troubles Fêtes, U.F.O.T - Fr-UK, X.C.6.F.F, Idyllik System – Collectif des sound systems Ile de France, Collectif Réagissons, Collectif de la Fête Libre, Resistance Centre, Les Insoumis, Mobil’Dick, Rht –

Pour sa 23è édition, le Teknival sera donc plus fort, plus grand mais aussi plus responsable et engagé. C'est un rassemblement magnifique qui s'annonce, "dans le respect et l'esprit de la fête libre". Patience, le coup d'envoi sera lancé le 29 Avril.

Pour participer ou soutenir le Teknival, voici l'adresse : sons2016@riseup.net