« Tout ça ce n’est que du business. Cela signifie concrètement que Beatport restera entièrement opérationnel et sans restriction. Le service de streaming continuera normalement et les rémunérations des labels et des artistes resteront les mêmes ». 

Cette déclaration, destinée à rassurer les utilisateurs et les investisseurs du site, fait suite à l’entrée de la compagnie américaine dans le chapitre 11 de la loi sur les faillites aux Etats-Unis, une procédure qui permettra à SFX Entertainment de se restructurer tout en continuant son activité normalement.

   
    À lire également :
Le géant de mondial de l'EDM ne vaut plus rien



Dans la tourmente depuis le rachat de ses actifs par le milliardaire Robert Sillerman, la firme  (qui valait un peu plus d’un milliard de dollars lors de son rachat par le magnat des médias en octobre 2013) avait racheté Beatport pour 50 millions de dollars en février 2013. 

Accusant une dette de 300 millions de dollars, elle avait été renflouée il y a quelques jours par un mystérieux donateur (Steve Aoki selon certains) ce qui lui avait permis de respirer un peu... Mais pas bien longtemps.