La timetable du Peacock vient de sortir, deux constats s'imposent à nous. 

1/ Ça va être une sacrée bonne soirée. 

2/ Ça va être un enfer. Qui choisir entre Daniel Avery et Motor City Drum Ensemble ? Entre Daphni et Levon Vincent ? Entre Hot-dog et rizotto ? Entre crop-top et tee-shirt ?

Élément de réponse avec un parcours du teufeur fait maison :

20h00 : Commençons la soirée avec le set de Clara 3000. Hormis le remix de C.A.R., on ne sait pas encore ce qu'elle vaut en tant que productrice (la jeune recrue de Kill The DJ est actuellement en studio pour enregistrer son premier EP), mais depuis quelques temps la parisienne traîne une excellente réputation de DJ, bien méritée selon nous. 

22h00 : La faim nous guette. La soif aussi. Petit passage au bar et on arrive pile-poil pour la séance de 22h50, avec The Sound Of Belgiumle documentaire de Jozef Devillé sur la vague newbeat qui a déferlé chez nos chers voisins belges, à la fin des années 80.

Minuit : Direction la Squarehouse pour la prestation de Luke Hess. Le producteur venu de Detroit viendra tester son excellent dernier EP Adventures In Deep Space sorti fin 2015 sur Echocord Colour (Deabeat, Skudge)... en live. On vous en voudra beaucoup si vous osez rater ça.

01h00 : Premier véritable dilemme de la soirée. Daphni ou Levon Vincent ? D'emblée, on serait tenté d'opter pour ce cher Levon, une valeur sûre, s'il en est. Mais après ses déclarations sur les attaques de Paris (le producteur nous conseillait tout simplement de nous armer de couteaux), on est un peu refroidis. Sacré Texan. Donc on vous conseillera plutôt d'aller voir Dan Snaith, omniprésent l'été dernier avec Caribou, mais plutôt rare ces dernières années sous son alias Daphni. Enfin, la rancune ne mène pas bien loin, donc on ira sûrement voir les deux.

01h à 2h : On va se cultiver au Ciné-Club du festival Peacock Society avec la projection de deux documentaires : "This is the Sound of Belgium", épopée passionnante entre pop-corn, électro-pop, EBM, new-beat et techno-rave et qui explique pourquoi les Belges ne font jamais rien comme les autres… Et "Paris is Burning", une plongée extravagante dans la Ball Culture de la fin des années 80 à New York, l'explosion du garage et le dancefloor comme espace d'émancipation pour les minorités sexuelles et raciales. Bon maintenant, on peut retourner danser.

 

02h30 : Deuxième choix difficile : deux colosses de la techno d'un côté, l'américain Matrixxman et l'anglais Daniel Avery, de l'autre le producteur house le plus prometteur de sa génération : Danilo Plessow AKA Motor City Drum Ensemble. Faites votre choix, de toute façon on se retrouve pour le live de Clouds.

04h00 : Sûrement l'une des prestations les plus attendues de cette édition 2016 (le Clouds de la soirée, serait-on tenté de dire). Les deux écossais de Clouds viendront défendre leur nouvel EP Timeslip Roadmender, qu'on attend le 5 février sur le label de Speedy J, Electric Deluxe. Déjà repérés par des pointures comme Slam ou Tiga – ce qui est toujours bon signe – le duo est connu pour retourner le dancefloor en dj set et surtout en live.

 
   À lire également :
Les 10 armes secrètes de Clouds

05h00 : "Ça y est ? C'est déjà fini Clouds ?!". Pas de panique, à peine le temps d'aller boire un verre que non pas un, mais deux colosses s'apprêtent prendre place derrière les platines pour vous faire danser pour encore deux heures. On ne saurait que trop vous recommander d'assister au set d'Andrew Weatherall, déjà parce que c'est toujours délectable, et que l'ancien Two Lone Swordsmen distillera sans doute quelques pépites de son prochain album Convenanza, à sortir mi-février.

Et pour la fin de soirée, on a pas trouvé mieux que de finir en douceur, et surtout en beauté, avec la performance de Theo Parrish. À l'instar de son pote Moodymann, le producteur de Detroit aime balancer un peu tout ce qu'il aime en DJ set, house, techno ou même hip hop, mais ne garde que ses meilleures sélections, toujours soigneusement mixées. Une valeur sûre pour le petit matin. 

07h10 : Allez, au dodo... Enfin pour ceux qui sont toujours chauds ça se passe ici (et ça n'a rien d'un after officiel).