La Chambre des Communes du Royaume-Uni (l’équivalent de l’Assemblée Nationale) a passé avant-hier le "Psychoactive Substances Bill", qui interdit divers substances psychoactives notamment vendus dans les “headshops” (des magasins où l’on peut aussi trouver des produits liés à la consommation de certaines drogues, comme le cannabis : bangs, pipes, ...).

Sont concernés, entre autres, le gaz hilarant et le poppers – qui donne des sensations de vertige, d’euphorie et de chaleur lorsqu’il est sniffé. Mais seule leur vente sera punie par la loi, comme le rappelle The Guardian. En d'autres termes : ce sont les commerçants qui sont ici dans le viseur, et non les simples consommateurs.

Le parti travailliste avait tenté de retirer le nitrate d’alkyle de la liste des substances psychoactives légales à bannir. Mais l'amendement qu'il proposait a été refusé par la chambre il y a deux jours.

Depuis, un député homosexuel du parti Tory, Crispin Blunt, a révélé recourir à des flacons de poppers lors de ses relations sexuelles – un aveu qui a fait sensation au Royaume-Uni. Comme le précise Dazed, il s'est déclaré choqué par le "Psychoactive Substances Bill" : “ Je suis stupéfait par la proposition visant à les interdire, tout comme de nombreux autres hommes gays”. 

Mais ça ne suffira pas pour empêcher l'application de cette nouvelle loi, qui commencera en avril prochain. Cependant, le gouvernement pourrait faire volte-face suite à une étude qui doit être menée, cet été, sur les risques concrets que comportent l'usage de ce produit chimique.

Source : The Guardian.