La semaine dernière, le neuro-psychologue Erik Scherder tenait une conférence pour rendre public son travail de recherche quand à l'effet de la musique sur le cerveau. Et le constat est clair : elle favoriserait les connexions neurologiques. 

Écouter, et surtout faire de la musique, favorise les connexions dans la région du cortex pré-frontal (la partie du cerveau de laquelle dépendent le language ou la mémoire, ndlr), le résultat se traduit notamment par une hausse de l'empathie”, explique le chercheur.



Pour Hervé Platel, professeur de Neuro-psychologie à l'Université de Caen, il existe bien une différence entre les musiciens et les "simples" auditeurs. Quand les médecins observent ce qu'il se passe dans les cerveaux des patients pendant qu'ils écoutent de la musique, ils remarquent que les connexions se font surtout du côté droit du cerveau, c'est à dire qu'elle augmente leur créativité. 


  A lire également
C'est prouvé : le dancefloor vous rend plus heureux

Chez les musiciens en revanche, ce sont les deux hémisphères du cerveau qui fonctionnent : le droit et surtout le gauche, celui qui gère les fonctions de langage et de la logique.


Comme les bilingues, les musiciens utilisent des parties bien plus précises et localisées du cerveau que des non musiciens. Ils feront beaucoup moins d'effort pour décrypter ce qu'ils entendent.

Preuve que l'écoute, et surtout la pratique de la musique sollicite toutes les parties du cerveau et les fait fonctionner de concert. En améliorant ces connexions entre les deux hémisphères, elle nous rendrait donc plus heureux (ce qui n'est pas un scoop) mais surtout plus intelligents.