Si la rave du nouvel an s'est très bien déroulée en France, il n'en a pas été de même en Belgique. Du 31 décembre au 3 janvier, entre 2000 et 3000 européens ont envahi une ancienne imprimerie à Heppignies. Visiblement dépassée par les événements, RTL Info décrit l'ambiance ainsi : «Alcool, drogue et musique réunissaient des milliers de jeunes dans une débauche de son et d'excès.»


2.000 fêtards ont participé à une rave party illégale pour le Nouvel an à Heppignies

Cet entrepôt désaffecté de 18.000 mètres carrés avait déjà accueilli une rave, sans dégâts, il y a quelques mois. C'est un homme d'affaire belge, Robert Wagner qui avait racheté l'imprimerie à la veille de Noël. Le nouveau propriétaire, connu en Belgique pour une histoire de fraude, avait déjà trouvé des locataires pour les open-spaces qui devaient y être agencés.Teuf BelgiqueTeuf BelgiqueMais pour la location du lieu, il faudra attendre encore un peu : le bâtiment a été laissé dans un état chaotique. C'est après la tempête, le matin du 6 janvier, que M. Wagner a retrouvé sa propriété : « C’est la désolation, tout a été saccagé, il n’y a plus un mètre carré qui n’ait pas été démoli.» Et d'ajouter : «Je ne comprends pas comment des êtres humains peuvent investir des lieux privés de cette façon-là. Faire la fête dedans (...) et ensuite, trouver du plaisir à tout massacrer...»

Les dégâts se chiffreraient en millions d'euros. Les participants – qui venaient d'Europe de l'Est, des Pays-Bas, de France et de Belgique – ont détruit les vitres, tout le matériel, taggué les murs, bref, s'en sont donnés à coeur joie. RTL Info mentionne même «des odeurs insoutenables»...

Si la fête a tout de même duré plusieurs jours c'est parce que la police ne préférait déranger : «Nous ne voulions pas voir errer dans Fleurus (ville voisine, ndlr) 2000 personnes totalement défoncées à l'alcool et/ou la drogue» a expliqué le commissaire de police à DH. Ce dernier va jusqu'à parler «d'ébats sexuels sur le capot des véhicules.»  Teuf BelgiqueTeuf BelgiqueTeuf Belgique

Place maintenant au nettoyage. Depuis hier, un grand dispositif a été mis en place pour remettre le lieu en état : «On va amener les containers dès demain matin et on va mettre toute une équipe pour commencer à nettoyer, tout déblayer et enlever toutes les moquettes des bureaux.»

Les organisateurs quant à eux, récidivistes, ont été retrouvés par la police à l'aide de leur plaque d'immatriculation. Ils risquent très gros : une amende de plusieurs dizaines de milliers d'euros pourrait leur être réclamée. Le site communautaire teuf.fr a vivement critiqué ces agissements : «Vous êtes pitoyable, honte à vous.»