Non, nous ne mentionnerons pas les noms de certaines personnalités nord-américaines s'étant appropriées le grime – pour des raisons louables ou répréhensibles, peu nous importe. L'éclat du "Shutdown" de Skepta favorise assurément son expansion outre-Atlantique, révélant les saillies verbales du hip-hop britannique à une large part de la population américaine. La scène grime subsiste néanmoins, ancrée au cœur des noughties, au mépris du soutien étasunien.

Pour le compte de Dazed (dont nous saluons les contributions et les efforts entrepris en faveur de diverses causes), Ewen Spencer – longuement voué aux contre-cultures – épousait les contours du grime, nous menant dans les ruelles de Bow et des quartiers avoisinants de l'East London, au travers d'un documentaire iconique. Le photographe britannique fédérait ainsi un pan entier de la sous-division musicale ; Dizzee Rascal, Kano et Wiley en première ligne.



Open Mic
(l'objet cinématographique en question, disponible ci-dessus) figurait parmi les éléments retenus par le comité des UK Music Video Awards, dans la catégorie "Meilleur documentaire sur la musique".