Photo en Une : Johan Vivie

On s'en doutait, mais en voilà enfin la preuve chiffrée : 75% des amateurs de musique électronique (parmi lesquels 37% de femmes et 63% d'hommes) constituent des enfants dits du millénaire. Autrement dit, ils appartiennent à la fameuse Génération Y (un âge compris entre de 18 à 40 ans, ancré dans l'ère du digital). 30% d'entre eux apprécient également le rock alternatif, et 26% écoutent du hip-hop. A nouveau, parmi les amateurs de ce courant, une large majorité se rend à un concert une fois par mois (75%). 88% de ce même groupe se servent (ou se sont déjà servis) d'une plateforme de streaming, comme Pandora et Spotify, au cours de l'année précédente. 

Nombre d'entre eux (63%) considèrent le streaming comme un outil de référence, leur permettant de découvrir de nouveaux artistes et de nouveaux titres, contre 28% pour la radio, 21% pour le bouche à oreille et 17% pour les réseaux sociaux (qui l'eût cru ?). Suite à la découverte d'un nouvel artiste, 95% des auditeurs se contentent de l'ajouter à une playlist, 71% achètent l'album ou certains de ses composants et 60% se procurent un ticket pour un concert ou un festival. Mindfuck.

A propos de ces différents événements, ladite population se tient au courant grâce aux réseaux sociaux (56% sur Facebook, Twitter, Snapchat et Instagram), aux mails et aux newsletters (55%), à la radio et sur des sites Internet (40%). Le bouche à oreille correspond seulement à un faible pourcentage (29%). En conclusion, la musique électronique (et sa fanbase par la même occasion) se développent d'une manière intense, et pourrait aisément rejoindre les rangs de la pop culture, si tant est que la tendance se poursuive ainsi.