Pilier du club The Haçienda, Dave Haslam y détenait un statut prestigieux ; présent en ces lieux des années durant, en tant que résident. Au fil du temps, la personnalité britannique — également journaliste pour le NME, le Guardian et le Times — collectait un certain nombre d’éléments, inscrits d’emblée au cœur de l’identité sonore du Second Summer of Love.

Conscient du regain d’intérêt et d’attention pour cet objet si singulier, Haslam désire transmettre dès à présent sa collection de vinyles ; 4 300 publications, singles et albums confondus : "L'heure est venue. Toute ma collection de vinyles est désormais en vente, mais j'aimerais, dans l'idéal, qu'un acheteur s’approprie l'ensemble. Il y a 4300 vinyles (approximativement), parmi lesquels 90% de singles 12" et 10% d'albums. Si l'un d'entre vous s'avère intéressé, ou connaît une personne susceptible de l'être, n'hésitez pas à prendre contact." 

Il s’agit, sans nul doute, d’un catalogue de prestige, d’un coffret de perles rares, amassées au terme d’une longue expérience — au travers de 450 dates et de tournées mémorables, aux côtés des Stone Roses, de New Order et des Charlatans. L’ensemble, composé (en majorité) de fragments de Factory Records, d’acid house, de Madchester et de baggy, pourrait également inclure une poignée de titres post-punk, cold wave et de musique rave.