Plus tôt dans l'année, Ten Walls se fendait d'un post stupéfiant (euphémisme), dans lequel le producteur comparait notamment l'homosexualité à la pédophilie. Conséquences légitimes : une série d'annulations de dates retentissante, de critiques amères émises à son encontre (par le public, les médias et de nombreuses personnalités de l'industrie musicale) et une déclaration de la part de la présidente lituanienne, Dalia Grybauskaite. Une carrière brisée, en somme.

Ten Walls s'exprime dès à présent sur ces précédentes déclarations, au travers d'une note adressée à de nombreux médias, dont voici un extrait : 

"Ce post relevait de l'homophobie et s'est avéré extrêmement offensant. J'ai honte d'avoir blessé tant de personnes : ma famille, mon pays, mes collègues, mes amis, la communauté LGBT dans son ensemble, et tant d'autres. [...] Naturellement, on m'a jugé comme étant homophobe, mais je ne me suis jamais considéré de la sorte, ni aujourd'hui, ni par le passé. 

Je dois vous le dire, ces paroles n'ont rien à voir avec ma personnalité et ont été prononcées à une certaine période de ma vie, particulièrement stressante. [...] Ce n'est pas une excuse, mais j'aimerais vous faire comprendre que le contenu de ce post ne reflète en rien les sentiments que j'éprouve. Pendant de nombreuses années, j'ai travaillé et collaboré avec des personnes issues de cultures différentes, notamment religieuses et sexuelles. 

Ce post n'a aucun sens, même à mes yeux. Je suis un musicien. Ma musique s'adresse à tous, dans le monde entier. [...] Le fait d'œuvrer en faveur des groupes LGBT, d'initier les autres à la tolérance, ici, en Lituanie, constitue une priorité. Je suis désolé pour ce que j'ai fait. J'espère que vous pourrez me pardonner, qu'à travers mes actions et mon comportement futur, on m'acceptera de nouveau pour ma musique."

Le producteur lituanien s'empressait d'annoncer le lancement d'un opéra électronique, disposant d'un "message fort, dressé contre l'homophobie". L'ensemble nous paraît quelque peu excessif, à la hauteur du préjudice et des dommages occasionnés, certes, mais semble constituer une contrainte, une étape nécessaire à son salut. 

La note de Ten Walls est visible dans son intégralité sur le site de DJ Mag