Le parc d’attractions éphémère de Banksy, établi à Weston-super-Mare dans le Somerset, fermait ses portes dans la soirée, au terme de cinq semaines d’exploitation. A défaut de préserver leur fonction première, les installations et l’équipement de Dismaland seront transférées dans le camp de réfugiés de Calais, servant d’abri à plusieurs milliers d’individus regroupés en un même lieu — des migrants syriens, afghans, irakiens, érythréens et soudanais, en premier lieu.

Au travers d’une note publiée sur le site internet de Dismaland, Banksy révélait ainsi la nouvelle fonction de sa création, autrefois « festival d’art, de divertissement et d’anarchisme », apparenté à un pied de nez à l’empire Disney.

dismaland

Inauguré le 22 août, aux abords d’une station balnéaire britannique, Dismaland accueillait ainsi les travaux (Jimmy Cauty, Lush, Julie Burchill, Charles Uzzell-Edwards, Ben Long, Damien Hirst et Mike Ross...) et les performances (Run The Jewels, Massive Attack, Fatboy Slim, Damon Albarn, De La Soul, Savages, Pussy Riot et Peanut Butter Wolf...) de nombreux artistes et personnalités.

En provenance des pays européens, des Etats-Unis, du Mexique ou de la Corée du Sud, l’événement attirait, au cours de ce dernier mois, une foule innombrable de visiteurs, et constituait, d’un point de vue critique, le nouveau témoin de l'audace du street artist britannique. Le nouvel emploi de Dismaland, au cœur de la jungle de Calais, prolonge ainsi sa finalité politique et spirituelle — à l’exception du divertissement et de l’humour pince-sans-rire.

dismaland