Une semaine après sa sortie, le film de Max Joseph — abonné d'ordinaire aux documentaires et aux courts-métrages — atteint un relativement faible montant ($1,8 million, généré par l'activité de 2 333 salles de cinéma) et échoue ainsi péniblement au box-office. WAYF figure désormais à la quatrième place du classement établi par Box Office Mojo, lequel assemble les flops cinématographiques importants depuis le début des eighties. Sans toutefois y inclure les rééditions (de quoi consoler les producteurs et les attachés de presse du film).

Précédé par Oogieloves (un film d'aventure pour enfants), Saw : 10th Anniversary (un thriller) et Delgo (un film d'animation), l'œuvre dédiée à l'EDM et aux aspects les plus putassiers du métier de DJ, s'est cassé les dents ; la faute à une surévaluation dudit segment de la musique électronique. Non sans évoquer la descente aux enfers de SFX Entertainment et de son dirigeant, Robert Sillerman, ni le ralentissement de son activité (2,5% en 2015 contre 108% en 2013), l'échec de We Are Your Friends pourrait ainsi témoigner de l'inversion d'une tendance, de l'éclatement de la bulle EDM.

Ou constituer une énième prise de risque des grands pontes de l'industrie hollywoodienne, séduits par les chiffres du classement Forbes, le nombre de participants au Tomorrowland et l'idée de perpétuer de tels succès, de bénéficier de tels résultats au sein de la sphère cinématographique. C'est presque à croire que si la team du film avait accepté notre demande d'interview de Zac Efron, ils n'en seraient pas là.