Beatport n'est plus le seul organe affecté par l'opération de SFX. Propriétaire de ladite plateforme et détenteur des droits de nombreux festivals d'envergure, l'ancien magnat des médias (plus proche du stéréotype du riche prospecteur texan que de la sphère EDM) semble pris dans la tourmente. Début août, le changement de statut d'entreprise publique (en bourse) à privée (détenue par un ou plusieurs actionnaires) entraînait le gel de la rémunération de certains labels ; des royalties générées par Beatport. Sans parvenir à minimiser les dégâts, l'état de SFX s'est grandement aggravé, entraînant le cours de son action dans sa chute, dont la valeur se situe désormais au-dessous d'un dollar symbolique. Le phénomène défavorable provoque ainsi de nombreux désagréments (l'effet boule de neige, commun à l'univers boursier), notamment la dégradation de sa note, appliquée par un certain nombre de sociétés actives dans l'analyse financière. Parmi lesquelles la (tristement) célèbre Moody's Corporation, aka la Némésis de Giorgos Papandréou.

Le géant mondial de l'EDM est passé du statut de "Caa1" à celui de "Caa3". Autrement dit, une situation alarmante qui devrait provoquer encore plus dégâts (irréversibles ?), décourager d'éventuels actionnaires et enrayer l'apport d'aides financières, tout aussi hypothétiques. Le besoin urgent en capitaux (surtout externes, compte tenu des dettes de SFX) pourrait ainsi ne jamais être assouvi. On ne donne pas cher de la peau de Robert Sillerman (une sorte de Suge Knight de l'EDM), lequel admettait ne rien connaître à l'univers de l'EDM et est également invité à comparaître en justice le 6 octobre prochain. Appelez ça le destin ou le karma, peu nous importe. 

robert sillerman

SFX Entertainment vient d'annoncer l'annulation (ou le report sine die, si l'on veut) du festival One Tribe, qui devait se dérouler du 25 au 27 septembre en Californie, du fait de "circonstances et d'événements imprévus". De nombreux artistes devaient s'y produire, répartis selon différentes scènes, parmi lesquels Damien Lazarus et The Avener (scène Beatport), Guy Gerber et Jamie Jones (scène Paradise), Gui Boratto (scène Awakenings), Carl Craig, Skream et DJ Harvey (scène Crosstown Rebels / Get Lost).

one tribe sfx