En tête du classement du média américain, Calvis Harris et la modique somme de $66 millions, en partie générée grâce aux ventes de son dernier album, Motion, dévoilé le jour d'Halloween (un comble). Et la sortie, tout au long de l'année, de nombreux singles parmi lesquels les number one hits "Summer" et "Outside".

L'artiste écossais est suivi par David Guetta, détenteur de $37 millions, et de Tiësto ($36 million) ; des résultats plutôt estimables compte tenu de leur ancienneté et de l'ampleur de leur carrière. Les deux producteurs précèdent Skrillex et Steve Aoki (ex-aequo avec $24 millions), Avicii ($19 millions), Kaskade ($18 millions) et la onzième position est occupée par Diplo et Deadmau5 ($15 millions).

Rien de bien surprenant, si ce n'est la croissance inouïe du segment EDM, qui a produit le double de ses recettes en trois ans, passant d'un total de $116 millions en 2012 (récoltés par les dix premiers DJs du classement Forbes) à celui de $274 millions en 2015.

Ceci étant dit, son développement tend à stagner, en témoignent les chiffres qui accompagnent l'exploit à relativiser : une hausse de 108% entre 2012 et 2013, 11% l'année suivante et seulement 2,5% ces douze derniers mois. La faute à la saturation du segment de marché et à son appétit vorace, dont les besoins (et par conséquent les dépenses), toujours plus importantes, atteignent des proportions parfois aberrantes. Long live EDM !

À lire : Le rapport annuel sur l’industrie de la musique électronique