Il y a tout juste un mois, j'ai décidé avec une amie de partir à l'aventure : on va se faire la première édition du festival Into The Valley dans le cratère de Dalhalla, à Rättvik en Suède. Nous n’arrivons pas tout de suite sur le site, on passe d’abord quelques jours à Stockholm pour ensuite, vendredi, rejoindre en train la ville de Rättvik à environ 300 kilomètres de la capitale suédoise.

L’endroit est tout juste croyable. On reste là, sans voix, à contempler cet amphithéâtre au beau milieu de l’ancienne carrière de calcaire, elle-même perdue en pleine forêt ; et le line-up du festival qui m’éblouit : Ricardo Villalobos, RPR Soundsystem, Zip, Nina Kraviz, Ben Klock, Carl Craig, MCDE, Nicolas Jaar, Recondite, Âme, Brawther, Helena Hauff, Sonja Moonear, etc… Tout ça sur deux scènes, à côté d’une autre plus petite qui présentait les artistes locaux.

Les mots me manquent pour vous décrire à quel point le spot était magnifique, ce lac juste à côté, ce soundsystem de malade… Le volume sonore augmentait au fur et à mesure que les DJ passaient, tellement qu’il fallait parfois que je fasse des pauses à cause des vibrations des basses devant les enceintes. https://www.youtube.com/watch?v=Pqx5OjFrK6k Samedi, c’est Kraviz qui ouvrait le bal (juste après Jessie Granqvist) avec une succession de sons acid, largement suffisants pour ambiancer le début de journée. La veille, c’était Helena Hauff et Sonja Moonear : honneur aux dames donc !

Nina Kraviz, dans un grand bain suédois (c) Studio XXIX

 Mais pour moi, le meilleur set fut celui de Zip B2B Ricardo Villalobos pendant cinq heures ! Et ça montait, ça montait, tout ça avec une grande sensibilité et une énergie ultra positive. Il y avait, qui plus est, une très grande complicité entre eux — c’était peut-être ça la secret.

(c) Studio XXIX

Côté public, celui suédois est vraiment différent de celui français : eux, ils sont capables d’apprécier la musique pendant des heures, voire sur toute la journée, sans jamais se lever de leur siège, sans ressentir le besoin de danser ! Certains avaient même ramené des draps pour s'allonger. Ce qui ne les empêche pas d’apprécier le set d’un DJ à sa juste valeur, il me semble. Ah oui aussi, important : les Suédois et Suédoises sont magnifiques, ce n'est pas une légende.

(c) Dan Tabár

Au final, je n’ai trouvé à Into The Valley aucun point négatif, ni sur son organisation, sa programmation ou son déroulement : joie, calme, bonne humeur, tout ce qu’il fallait pour kiffer un festival à fond. Je laisse derrière moi un grand nombre de souvenirs, et le retour à la réalité à été franchement compliqué. Mais ce qui est sûr, c’est que Into The Valley restera l’un des meilleurs festivals que j’ai pu faire.

(c) Adam Alexander Johansson

(c) Dan Tabár