Gabe Madway, le porte-parole d'Instagram, explique au TIME que le "#EDM était utilisé pour partager du contenu qui violait les règles de conduite sur la nudité". Le hashtag a été supprimé du réseau hier, ce qui veut dire qu'il n'est plus possible de s'en servir de quelque manière que ce soit, à la manière de #curvy le mois dernier qui avait été supprimé pour les mêmes raisons.

Instagram

Ceci dit ce n'était a priori pas la volonté d'Instagram de virer la culture EDM ou les photos de personnes enrobées du réseau : ce sont les contenus inappropriés et associés à ces tags par les utilisateurs qui sont la cible des modérateurs du réseau. Thump explique que si une foule d'utilisateurs se mettaient à poster des photos obscènes en précisant #DavidGuetta sur leur publication, alors il est fort possible que ce hashtag se voit supprimer, du moins pour quelques temps.

À l'inverse, les hashtags ouvertement pornographiques sont autorisés et les utilisateurs prévenus avant d'avoir accès aux posts. La politique du réseau ne serait donc pas si aveugle et puritaine que celle établie par Facebook, par exemple, qui supprime systématiquement toute photo qui enfreint les règles.

Il est à savoir que des rumeurs sur Internet disent que l'interdiction de ce #EDM ne serait pas seulement dû à des photos de nu (#EDMgirls n'a pas été touché par exemple), mais aussi et surtout à cause des photos de drogue qui dérangeaient. Cette thèse est confirmée par les quatre décès par overdose de drogue au HARD Festival, survenus la veille, avant la décision d'Instagram et la paranoïa générale qui s'installe chez certains politiques de Californie qui militent pour une interdiction temporaire des gros festivals de musique dans leur état.

Instagram

Quelle qu'en soit la raison, il est dommage de voir que tout une culture soit bannie du réseau à cause de quelques posts déplacés et hors-sujet, alors que Lindsay Lohan peut poser topless sans problème sous un filtre Inkwell.