Avons-nous encore besoin de présenter le Berghain, ancienne centrale électrique de Berlin transformée en cathédrale emblématique de la techno et plus célèbre club du monde ? Et que dire de son physio, Sven Marquardt, presque aussi célèbre que son établissement, et considéré comme l'un des plus durs de la planète ? Sur Craiglist, deux "malins" ont même proposé 100 euros à celui qui les ferait rentrer à l'intérieur.

Appuyés par cette politique qui bannit toute photographie au sein du lieu, le Berghain et son colosse Sven ont réussi à créer une sorte de brouillard mystique tout autour, dont une légende plus qu'une grande curiosité s'en est extraite. Temple de tous les vices dont personne n'en revient stoïque, il se dit que rentrer au Berghain relève parfois de l'exploit. Alors comment Sven choisit qui rentre ? GQ, lors d'une interview, lui a posé la question.

Sven Marquardt Berghain

Que dis-tu à tes hommes qui sont à la porte pour décider qui laisser rentrer ?

C'est subjectif. Peu de mes hommes ont le droit de sélectionner des invités à la porte. Ils doivent d'abord comprendre ce qu'est le Berghain et j'essaie de leur apporter cette base. Au-delà de ça, il n'y a pas de règles définitives. Tous, dans mon équipe, ont leur propre personnalité, et tu peux voir leurs sensibilités qui se reflètent sur le public qu'ils ont laissé rentrer pendant leur poste. Tu veux toujours de la friction, d'ailleurs. C'est le thème de tout bon club : diversité, friction.

Quand tu dis "ce que le Berghain est", de quoi parles-tu au juste ?

J'ai l'impression d'avoir la responsabilité de faire du Berghain un endroit sûr pour les gens qui viennent vraiment pour apprécier la musique et faire la fête — de le garder comme un endroit où les gens peuvent oublier l'espace-temps pendant un moment et se lâcher. Le club vient de la scène gay berlinoise des 90's. C'est important pour moi que nous préservions un peu de cet héritage, que l'on ressente encore que c'est un endroit qui accueille les clubbers originaux. Si nous étions un club plein de modèles, de jolis gens tous habillés en noir, ça serait sympa à voir pendant une demi-heure, mais merde, qu'est-ce que ça serait chiant. Ça passerait pour quelque chose de moins tolérant aussi.

Tu veux toujours de la friction, d'ailleurs. C'est le thème de tout bon club : diversité, friction.

"Comment rentrer au Berghain" est devenu un objet de fascination sur Internet. Beaucoup de sites spéculent sur les diverses choses que l'on devrait faire pour rentrer.

Déjà, laisse-moi te dire que je ne lis pas ce genre de choses. Personnellement, j'ai commencé à utiliser Internet il y a trois ans. Avant ça, les gens devaient m'envoyer des faxes.

J'aimerais t'en lire quelques-unes postées en ligne, et tu me donnes tes réactions. "Viens tôt. N'essaie pas de couper la file. Renseigne-toi sur qui joue ce soir. Habille-toi casual — jeans et T-shirt, c'est le mieux. Ne viens pas avec un gros groupe de personnes. Ne sois pas jeune. Ne blague pas ou ne rigole pas dans la queue. Ne parle pas dans la queue. Mais si tu le dois, parle allemand."

[Rigole, hausse les épaules]. Nous avons aussi entendu ça. Mais comme je l'ai dit, c'est subjectif.

Lire l'interview en intégralité sur GQ