D’abord parce qu’il a su se bonifier avec le temps. Ensuite pour le public qu’il draine, curieux, souvent initié et profondément mélomane qui, entre deux rayons de soleil allongé dans l’herbe des trois scènes extérieures, se plait à pogoter sur le punk français de Pierre & Bastien ou le bazar électronique de Lena Willikens.

Enfin pour sa programmation pointue qui pousse à la découverte : si l’on se prête au jeu, c’est claque sur claque que l’on consomme ce grand festival à l’ambiance intime, applaudissant des groupes rares comme Carter Tutti Void, Cabaret Voltaire ou Black Angels dans la Grande Halle. Une vrai réussite.

WildClassicalEnsemble_Iles@VS2015_2305-10

Traxx_Iles@VS2015_2405-142

Traxx_Iles@VS2015_2405-12

KingKhan&TheShrines_Sud@VS2015_2405-100

Cheveu_CercleSud@VS2015_2305-187

Cheveu_CercleSud@VS2015_2305-129

Battles@VS2015_2305-119