Par Thomas Vigneron

Nous voilà donc à Marrakech après une nuit blanche à l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle pour participer au Sismix, le festival organisé par la salle de poker en ligne Winamax. Au programme : cagnard, sieste, cornes de gazelles, musique électronique et poker. Dure vie.

©Sismix

De l’aéroport au Novotel, de vastes allées bordées de palmiers et de chameaux. Clairement, on est mieux ici que dans la foule hystérique du Weather. Et les taximen sont plus sympas. Mais rentrons dans le vif du sujet : le Sismix. 2ème édition.

Babouches et Bains Douches

Pendant que les serial gamers (nous y compris) s’activaient sur les tables du Casino pendant quasi sept jours, pour les plus chanceux, d’autres en babouches (nous y compris) sirotaient de longs mojitos à la pool party quotidienne du palace cinq étoiles Es Saadi, noyés sous le groove de Claude Challe, fondateur du Buddha Bar et grande figure (s’il en fut) de l’âge d’or des Bains Douches.

©Sismix

Des sets frais et ensoleillés aux sonorités mélangeant des traditions et cultures du monde entier. Parfait pour digérer le couscous de la veille. La nuit tombée, c’est au Theatro que nous convergions pour décompresser jusqu’à l’aube. De Kool Shen à Para One en passant par quelques figures locales, Winamax a su jouer les bonnes cartes pour une ambiance un peu feutrée qui sentait bon le cumin. Ou la sueur.

Notre seul regret : ne pas avoir croisé ce cher DSK au Sofitel qui jouxtait le Casino. La prochaine fois, inch’allah.