Photo en Une : Flavien Prioreau

Dans son interview publiée dans le magazine Trax #181 spécial légendes (disponible en kiosque), Laurent Garnier nous révèle en exclusivité qu'ils ont enfin trouvé un réalisateur pour son film : lui-même !   

garnier

Photos par Flavien Prioreau

Tu as fait la musique du film Qu'Allah bénisse la France, réalisé par Abd al Malik. Comment t’es-tu retrouvé dans cette aventure ?

Au départ, Abd al Malik a voulu que je produise la musique de son nouvel album. Il avait envie de retrouver l’esprit des sons qui avaient marqué sa jeunesse à Strasbourg. Il m’a envoyé des morceaux avec des instrus assez commerciaux. Certains sonnaient carrément eurodance… J’aimais beaucoup les textes. Je lui ai dit qu’il fallait virer toute la musique et ne garder que les rythmiques hip-hop. J’ai fait un premier morceau pour lui montrer comment je voyais le truc. Il m’a rappelé immédiatement et m’a dit : « C’est exactement ce que je veux ! » Alors j’ai fait tout l’album. En fait, son disque est prêt depuis un an. Mais entre-temps, Abd al Malik a fait son film et il a décidé de prendre plusieurs des instrus comme musique de son long-métrage. Mais toute la musique que j’ai produite, avec des morceaux chantés, sera dans son album qui est prévu cette année.

Parlons maintenant d’Electrochoc. Ton film. Que peux-tu nous en dire aujourd’hui ?

Déjà, et c’est un scoop : c’est moi qui vais le réaliser ! Depuis sept ans que je suis sur ce projet de film, la productrice Stéphanie Carreras a vu mon degré d’implication. Elle m’a poussé à écrire le scénario moi-même et m’a présenté Raphaëlle Desplechin, la sœur d’Arnaud, avec qui j’ai travaillé. Petit à petit, j’ai été mis en confiance. De toute façon, je ne travaille qu’en confiance et en famille. Alors nous avons construit une famille autour de ce film. L’idée de réaliser le film moi-même est venue progressivement et je me sens stimulé intellectuellement par ce projet. En ce moment, je lis et j’apprends beaucoup. Sur la manière de tourner, sur le montage. Je suis à fond dans mon film. Je ne travaille qu’en confiance et en famille.

Peux-tu dévoiler quelques éléments du scénario ?

Ce ne sera pas un documentaire sur la techno. C’est une fiction mais pas l’histoire de Laurent Garnier. Electrochoc, ce sera un bout de la trajectoire d’un jeune homme qui va devenir DJ. Je ne peux rien dévoiler de plus. Mais ce sera avant tout un film sur la passion de la musique. C’est une fiction mais pas l’histoire de Laurent Garnier.


garnier

Et concrètement, ce sera avec quelques acteurs ?

(rires) Tu insistes ! L’acteur principal est choisi depuis quelques mois déjà. C’est quelqu’un de connu... (le comédien Félix Moati, vu dans LOL et Hippocrate, a récemment déclaré dans plusieurs médias qu'il allait bien tenir le rôle principal du film, ndlr). Sinon, le casting se fait en ce moment et le tournage devrait avoir lieu avant la fin de l’année. Et le film pourrait sortir à l’automne 2016. Au mieux.

Vas-tu en réaliser la musique ?

Il n’y aura pas de musique originale pour le film. Nous sommes plutôt partis sur des morceaux déjà existants.

Peut-on espérer entendre de nouveau Laurent Garnier à la radio ? ...

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Laurent Garnier dans le magazine Trax #181 spécial légendes en ce moment disponible en kiosque.

Trax